Photo

Ce Ford LT 9513 est l’un des tout derniers camions de Ford USA. Une semaine après sa production, à la fin de l’année 1997, Ford a en effet vendu sa division poids lourds à Sterling Trucks. Ce constructeur a ensuite été racheté par Freightliner, marque qui appartient depuis 1981 au groupe Daimler-Benz.

Antonio da Costa: «Notre Ford est un peu la mascotte du parc de camions de Sotrag»

Le camion Ford américain de l’entreprise vaudoise Sotrag est une véritable rareté. «C’est le seul de ce type à être encore utilisé en Suisse de nos jours», nous a précisé son chauffeur Antonio da Costa.

Les camions américains n’étaient pas rares il y a 40 ans en Suisse romande. Friderici possédait en effet différents Kenworth, Mack et Peterbilt. L’entreprise Sotrag avait elle aussi plusieurs Mack et, quand il n’a plus été possible de les importer en Suisse, il y a 30 ans, elle s’est tournée vers des camions de Ford USA. Elle en a acheté une demi-douzaine.

«J’adore ce camion Ford»

Aujourd’hui, Sotrag n’en possède plus qu’un seul: le Ford LT 9513 de 1997 qui est le camion attitré d’Antonio da Costa. «J’ai fêté cette année ma 30e année de service chez Sotrag et je conduis ce Ford depuis un peu plus de 20 ans», relève-t-il. «J’adore ce camion car il sort de l’ordinaire avec son museau caractéristique. Il plaît également beaucoup aux enfants qui m’adressent souvent un salut amical avec le pouce levé. Je les salue alors à mon tour avec deux petits coups de klaxon», explique-t-il en joignant le geste à la parole. Il n’actionne cependant pas le timide klaxon qui se trouve sur la partie centrale du volant, juste au-dessous du logo Ford (ci-dessus), mais bien le klaxon typique des trucks américains que l’on active en tirant une chaîne au-dessus de la portière du conducteur.

A propos du volant de ce Ford, immatriculé pour la première fois le 19 décembre 1997, on relèvera qu’il comporte, de part et d’autre de sa partie centrale, quatre boutons qui permettent respectivement d’enclencher ou de désactiver le régulateur de vitesse (boutons de gauche) et de mémoriser ou d’adapter la vitesse de son choix (boutons de droite).

«Je vais le regretter»

«Un tel régulateur de vitesse était encore quelque chose de relativement rare en Europe en 1997. Il en va de même pour l’air conditionné ainsi que pour ses 470 ch, une puissance qui était peu courante à l’époque et qui m’a souvent été très utile quand il fallait escalader les cols du Marchairuz ou du Mollendruz», ajoute Antonio da Costa qui ne tarit pas d’éloges sur la fiabilité de son camion Ford: «L’embrayage d’origine n’a été changé qu’à 450 000 km et les freins d’origine n’ont été remplacés qu’à 500 000 km!»

«Désormais, avec la RPLP qui n’est guère avantageuse pour ce camion Euro 2, nous n’effectuons que 20 000 à 25 000 km par année. J’utilise ce camion avant tout pour déplacer des machines de chantier mais, exceptionnellement aujourd’hui, je vous emmène charger 25 tonnes de gravier sur le site de Holcim à La Sarraz», précise celui qui partira à la retraite à la fin de cette année. Son Ford continuera-t-il à rouler pour Sotrag en 2021? «Je l’ignore mais ce qui est certain, c’est que je vais le regretter», conclut notre chauffeur d’un jour. (Laurent Missbauer)

«Ce camion pleurera quand je ne le conduirai plus»

Les camions à museau sont-ils prédisposés à l’anthropomorphisme, à savoir à l’attribution d’un comportement humain? On l’ignore mais c’est un camion à museau (ci-contre) que Walt Disney a doté de la parole dans son dessin animé «Cars». Le Ford à museau de l’entreprise Sotrag ne parle pas, lui, mais son chauffeur Antonio da Costa, qui partira à la retraite à la fin de l’année, lui prête quand même un comportement humain lorsqu’il nous a dit en plaisantant: «Mon camion pleurera quand je ne le conduirai plus. Je vais d’ailleurs pleurer moi aussi quand je serai à la retraite car il m’a donné beaucoup de satisfactions. Et son maniement, notamment avec sa boîte manuelle Eaton Fuller à 18 vitesses, n’est pas à la portée du premier venu, ce qui valorise encore plus celui qui le conduit. En fait, tout le monde aime ce camion Ford chez Sotrag. Au point qu’il est un peu la mascotte de notre flotte.» (L. M.)

«C’est l’un des tout derniers camions de Ford USA»

Pourquoi l’entreprise Sotrag a-t-elle acheté six Ford de 1990 à 1997? «Car j’avais fait de bonnes expériences avec les Mack et que je souhaitais continuer à travailler avec des camions américains au bénéfice d‘une importante charge utile et d’une grande fiabilité», nous a répondu Raymond Moinat, directeur général de Sotrag, une entreprise vaudoise active dans le secteur de la construction. Ce choix, il ne l’a pas regretté: «Au contraire! Le camion de M. da Costa aura bientôt 800 000 km et son embrayage d’origine n’a été remplacé qu’à 450 000 km! Aujourd’hui, notre flotte compte 12 Scania, trois Volvo, trois Iveco et un Ford auquel nous sommes très attachés. Il s’agit de l’un des tout derniers camions de Ford USA. Une semaine après sa production, à la fin de l’année 1997, Ford a en effet vendu sa division poids lourds à Sterling Trucks qui a ensuite été absorbé par Freightliner, marque du groupe Daimler. M. da Costa a raison quand il dit que notre Ford est un peu la mascotte de notre flotte», confirme Raymond Moinat. (L. M.)

Le logo Ford possède une patine qui reflète bien les 780 000 km parcourus depuis 23 ans par ce camion.
Un cockpit moderne: la caméra de recul, à droite, n’a cependant été montée qu’en 2016.
Les deux boutons du régulateur de vitesse, un dispositif encore relativement rare en 1997.
Ce Ford appartient à la gamme des L-Series, le «L» faisant référence ici à l’usine de Louisville où il était construit. Il est aussi appelé Ford Aeromax en raison de son capot aérodynamique.
On note ici l’inscription Louisville et la petite fenêtre au bas de la portière du passager.
Antonio da Costa nous montre ici la petite fenêtre de portière, vue depuis l’intérieur.
Ce Ford LT 9513 est l’un des tout derniers camions de Ford USA. Une semaine après sa production, à la fin de l’année 1997, Ford a en effet vendu sa division poids lourds à Sterling Trucks. Ce constructeur a ensuite été racheté par Freightliner, marque qui appartient depuis 1981 au groupe Daimler-Benz.